Université Nyonsaise du Temps Libre Drôme Provençale et Baronnies 

Maison des Associations Georges-Girard - 29 Draye de Meyne - Nyons - 04 75 26 41 37


MARQUEE - Exemple simple
ARCHITECTURE

Architecture et changement climatique

Par Frédéric Morin, architecte DPLG 1982. 
 
À travers trois volets historiques, nous analyserons comment les bâtisseurs et les architectes ont su jouer de l’espace pour assurer le confort thermique en climat aride ou continental. 
Les palais iraniens du XVIIe siècle sont une belle architecture bioclimatique avant la lettre. Les architectes de la dynastie safavide privilégient un espace intermédiaire : « entre dedans et dehors ». L'aboutissement de leur art réside dans la manière de ne pas fermer l’espace et d’organiser l'usage de la pierre et de la brique en combinaison avec l'eau et l'air pour lutter contre le feu ou le soleil, pour capter le vent avec les « tours à vent » de Yazd notamment.  
L’adaptation de l’architecture moderne aux climats continentaux ou arides réside elle aussi dans la fluidité de l’espace entre le dedans et le dehors. Les réalisations de quelques architectes modernes tels que Frank Lloyd Wright (1867-1959), Le Corbusier (1887-1965), Louis I. Kahn (1901-1974) ou Oscar Niemeyer (1907-2012) éclairent d'un jour nouveau les réponses que les architectes peuvent apporter aux enjeux climatiques. 
Les réalisations d’architectes contemporains indiscutablement connus tels que Norman Foster (1935), Frank Gehry (1929), Tadao Ando (1941), Jean Nouvel (1945) ou Shigeru Ban (1957) témoignent des solutions novatrices apportées aux enjeux climatiques qui vont marquer les décennies à venir. Avec des températures de plus en plus élevées et un climat plus continental, comment assurer le confort tout en diminuant le coût énergétique d'exploitation des espaces de la vie des humains toujours plus nombreux ? Là aussi, tout l’art réside dans la manière de ne pas fermer l’espace.


4 SÉANCES D’1 h 30 LE MERCREDI DE 14 h 30 À 16 h 00 D’OCTOBRE À NOVEMBRE 2020. 30 € 

Photos : F. Morin