Université Nyonsaise du Temps Libre Drôme Provençale et Baronnies 

Maison des Associations Georges-Girard - 29 Draye de Meyne - Nyons - 04 75 26 41 37


Les jeudis de l'Université    

Cycle de conférences ouvertes à tous, proposées le jeudi après-midi

 à 15 heures à la maison de Pays.

Entrée : 5€ pour les non adhérents. (4€ pour les adhérents sur présentation de leur carte de membre) 

Jeudi 13 janvier 2022 

La peste en Moyenne Vallée du Rhône
entre 1348 et 1720 


 Par Françoise Hernandez et Benoit Quesne


À partir d’une riche documentation visuelle, Françoise Hernandez, historienne et Benoit Quesne, médecin, présentent à deux voix les nombreux aspects de cette pandémie.
Plusieurs pestes ont sévi dans notre pays :en 1348, à la fin du XVIe siècle, en 1629-30 et en 1720. 
Les intervenants feront une description clinique de la peste et de ses rythmes de propagation étudiés à la lumière des travaux récents, ainsi 
que les graves conséquences démographiques, économiques et sociales. 
 
La peste, endémique de 1348 à 1720 dans le Sud-Est français, traumatise les populations par la soudaineté de son apparition et le nombre élevé des victimes. 
À partir du milieu du XVIe siècle, elle frappe régulièrement en moyenne vallée du Rhône. Les guerres de religion amplifient la violence de l’épidémie. Des chroniques laissées par le chanoine de Banne de la cathédrale de Viviers et de nombreuses archives, particulièrement celles de La Garde-Adhémar, permettent de mieux appréhender la perception du fléau par les 
habitants qui explique leurs méthodes de lutte. 
 
Plan indicatif de la conférence : 
En introduction : les acteurs locaux qui nous parlent de la peste avec un récit célèbre de Viviers. 
1. Les épidémies successives de la peste dans nos régions 
2. Que savait-on de la peste à l’époque et quelles mesures a-t-on prises ? 
3. Que sait-on de la peste aujourd’hui, et quelle lecture des archives peut-on faire pour comprendre les rythmes d’une peste ? 
4. Les conséquences des épidémies de peste.Dominé durant trois siècles par le puissant lignage des Mévouillon, les Baronnies, pays d’entre-deux, ont connu entre le Xe et le début du XIVe siècle d’importantes transformations.  
La mainmise de l’aristocratie, la puissance de grandes abbayes présentes par de nombreux prieurés, ont modelé ce territoire de moyenne montagne, cadre d’un peuplement original marqué par la multiplication des châteaux et des bourgs castraux. Des productions agricoles adaptées à la rudesse des conditions naturelles, développées grâce à de considérables travaux d’aménagement et de défrichement ont accompagné la croissance de la population et la multiplication des sites humanisés. Cette période a marqué définitivement le paysage de ce petit pays riche d’un patrimoine médiéval exceptionnel.