Université Nyonsaise du Temps Libre Drôme Provençale et Baronnies 

Maison des Associations Georges-Girard - 29 Draye de Meyne - Nyons - 04 75 26 41 37

Les jeudis de l'Université    

Cycle de conférences ouvertes à tous, proposées le jeudi après-midi

 à 15 heures à la Maison de Pays.

Entrée : 5€ pour les non adhérents. (4€ pour les adhérents sur présentation de leur carte de membre) 

Jeudi 20 octobre 2022

Jean-Henri Fabre 

Par Christiane Barré, professeur de lettres, chef d’établissement


À Jean-Henry Fabre entomologiste de renom, écrivain, poète, aquarelliste, amoureux du provençal, grand homme trop souvent méconnu en France mais  
enseigné aux enfants japonais !


Crédit photo : commons
Jeudi 17 novembre 2022

Alexis Muston : Pasteur  
de Bourdeaux de 1836 à 1888 


P
ar Jean-Paul Issartel, écrivain

Né en 1810 dans la famille d’un pasteur vaudois en Piémont, Alexis Muston- consacré docteur en théologie à 24 ans à Strasbourg - est nommé pasteur de l’Église vaudoise en 1834 dans un petit hameau de la province de Turin.  
Il doit fuir vers la France en 1835. Il sera pasteur à Bourdeaux en 1836 et y restera jusqu’à son décès en 1888.  
Homme aux multiples talents, il est une des figures majeures du canton protestant de Bourdeaux.
Sa biographie sera rappelée et nous nous attacherons à mesurer comment, par ses diverses activités et compétences, il a marqué ce pays de Bourdeaux où il est enterré.


Crédit photo : Coll. Mme Trouchaud (reproduction interdite)
Jeudi 1 décembre 2022

Gustave Courbet

P
ar Marie-Christine Haussy, ancienne  
élève de l’école du Louvre

Né à Ornans dans le Doubs, travailleur acharné, il fut animé d’une grande ambition qui le mena à renouveler la vision de la peinture. Il imposa le réalisme qui fit scandale. Ce personnage haut en couleur fut mêlé aux grands moments de la Commune de Paris..


Crédit photo : commons
Jeudi 15 décembre 2022


Les réintroductions locales d’espèces

exemples du bouquetin dans le Vercors et des vautours dans les Baronnies.

Par l’Association Vautours en Baronnies et Jean-Louis Traversier, ingénieur retraité de la DDAF (Direction Départementale de l’Agriculture et de la Forêt)

L’opération de réintroduction du bouquetin sur le Vercors débute en  
1989, celle des vautours dans les Baronnies en 1996. 
Seront traités les éléments suivants qui constituent les premières briques du bilan encore provisoire de ces belles aventures locales de restauration de ces populations : 
• Contexte réglementaire 
• Information préalable des populations du territoire 
• Historique et modalités des libérations des jeunes animaux dans un milieu naturel qui leur est inconnu. 
• Dynamique à ce jour des noyaux de populations de ces espèces  réintroduites. 
• Retour sur la perception de ces espèces par les habitants plus  
de 20 ans après les premiers lâchers. 
• Les vautours : Les ressources alimentaires disponibles et  
un élément du paysage touristique local devenu important qui génère  
des revenus sur le territoire.


Jeudi 27 avril 2023

Jean Giono, l’inventeur de mondes

Par Eric Dautriat, auteur, membre de l’Association des Amis de Jean Giono

Jean Giono (1895-1970) est l’un des plus importants romanciers du  
XXe siècle. Son œuvre romanesque, abondante, se caractérise avant tout  
par l’imagination qu’il y développe, certes pour élaborer des intrigues  
ou des situations, mais surtout pour recréer tout un univers à partir de la  
matière du réel. Jean Giono est le hussard de l’imaginaire, allant son  
chemin avec intrépidité. 
Ses romans s’ancrent dans une géographie à la fois authentique et  
fantasmée, transfigurée plutôt, de Manosque où il habitera toute sa  
vie, au Trièves, en passant par les Baronnies. Ce sont les terrains d’envol  
d’inoubliables contes. De Colline (1929) à L’Iris de Suse (1970), en passant par Que ma joie demeure, Le Hussard sur le Toit, Les Âmes fortes ou Un Roi sans divertissement, tous font découvrir une nature et une humanité plus vraies, plus profondes que la vie même. Sans craindre la démesure, cosmique ou humaine, qu’il revendique comme la marque de la liberté de l’écrivain, de son pouvoir d’enchanter le monde.  
Faut-il préciser que, pour prendre la Provence pour cadre principal, Giono  
n’est en rien un « écrivain régional » ?  
Il est au contraire difficile d’être plus universel. 
Cette œuvre littéraire, qui comprend aussi un certain nombre d’écrits non  
romanesques, militants comme Les vraies richesses ou légers comme les  
chroniques parues dans le Dauphiné au cours des années 50-60, résonne  
avec une vie marquée par le fort épisode de l’engagement pacifiste  
des années trente, par l’ambiguïté de celui-ci poursuivi obstinément sous  
l’Occupation, et par une vision sociale rejetant le progrès technologique. 
Jean Giono, devenu extrêmement célèbre et reconnu, n’a pas réellement  
fait école ; en revanche, nombreux sont les écrivains contemporains pour  
qui il constitue une référence absolue, source d’admiration plus, sans doute,  
que d’imitation.